LA DOULA TRIBE, C’EST QUOI ?

Je l’écris, le dit, le répète : le métier de Doula est absolument merveilleux et essentiel en France ! Je suis sincèrement convaincue qu’une doula change la donne pour une femme, qu’elle soit en projet bébé, enceinte ou bien en post-partum. Elle soutient, aide à accueillir, conseille et transmet ses nombreux conseils.

Clé de voute dans l’accompagnement de la femme, c’est tout naturellement que j’ai tourné mes accompagnements vers elles, car en les accompagnant, j’accompagne indirectement des centaines et des centaines de femmes à travers elles.
Forte de mes formations de coachings et de l’amour que j’ai pour ce métier, j’aide les doulas à se sentir pleinement doulas. Qu’est-ce que ça veut dire ?
Je rencontre beaucoup de doulas qui s’interrogent sur leur pratique (ai-je assez de connaissances ? Combien puis-je facturer ? Suis-je légitime ? Comment ai-je envie d’orienter ma pratique ?) et je les aide à se connecter à qui elles sont vraiment en tant que doulas et à dessiner une voie, un objectif pour pouvoir cheminer vers l’activité qu’elles veulent exercer avec leur voix (j’espère que vous appréciez ce jeu de mot de voie et voix ! ah ah!).
Je les accompagne également pour se sentir légitime dans leur place de doula, définir un prix juste pour elles, apprendre à communiquer sur leur activité pour se faire connaitre.

Lors des sessions de la Doula Tribe, je mets à la disposition des femmes les outils de coaching que j’utilise dans mes accompagnements en individuel pour vous permettre d’être la meilleure version d’elles-mêmes, mais j’insiste aussi énormément sur le partage. Mon proverbe africain préféré ? “Seule on va plus vite, ensemble on va plus loin” … ça vous parle ? Vous aurez auprès de vous une “doulamie” pour des temps de partage et d’échanges à chaque séance (vous allez voir : vous en aurez une différente à chaque fois). Loin de moi l’idée de vous donner des outils pour avancer en sens unique, c’est en échangeant avec d’autres doulas sur leurs questionnements, ce qu’elles ont mis en place ou encore comment elle se situent par rapport à vous, que vous pourrez trouver des réponses aux questions que vous vous posez. Vos Doulamies vous permettront de vous sentir plus fortes … et ce n’est pas tout : vous aurez aussi une marraine de l’édition précédente ! De quoi vous sentir soutenue, n’est ce pas ?!

Vous le savez, pendant mes sessions de Doula Tribe, je suis accompagnée de la fantastique doula Leslie Lucien ! Je vous invite à regarder le live que nous avons fait toutes les deux sur Instagram pour en savoir plus sur notre duo lors des Doula Tribes.

Et si vous n’êtes pas encore doula, mais que vous y pensez, pourquoi ne pas nous rejoindre dans cet accélérateur de vie personnelle et professionnelle ?

Crédit photo Marion Leuger.

LE CHAMANISME

Connaissez-vous le chamanisme ?

Ce n’est ni une religion, ni une croyance, ni un savoir scientifique. Il s’agit là de reconnecter avec son environnement et de l’écouter pour attirer à nous les réponses. C’est un savoir ancestral, transmis jusqu’à présent oralement et orienté vers la Nature et ce qu’elle nous révèle sur nous-même.
C’est en 2012 lors d’un voyage à Bali que j’ai pour la première fois de ma vie ait été en contact avec cette « voie ». Ce voyage, qui a aussi été à l’origine de ma reconversion professionnelle, a été troublant et puissant, de par les rencontres que j’ai faites mais aussi, de par les enseignements que j’ai reçus.

Ce que je trouve fascinant avec les Chamanes, c’est leur capacité à la vie et la nature autrement, et ayant conscience soi-même un élément. C’est quelque chose qui me touche au plus profond de moi. La nature, le subconscient, et tout ce qui ne nous appartient pas et qui pourtant, parle, est connecté.
Je ne parle pas souvent dans ma vie professionnelle du chamanisme car il est pour moi encore très personnel voire intime. Mais j’avais envie de vous faire sentir, ressentir, ce que je ressens moi-même lorsque j’en fais l’expérience.
Par le tambour, je me connecte à la Nature et à sa puissance. Son son m’enveloppe et m’emporte là où je dois être. Le tambour sert aussi à nous connecter aux Esprits et aux guides, pour nous aider à nous ressourcer et à avancer.
Avez-vous déjà fait appel à vos animaux totem ? Ils sont porteurs d’une force qu’ils peuvent vous transmettre pour vous aider à avancer, vous sentir soutenues et de répondre à vos questions.
Pratiquer le chamanisme c’est utiliser ces outils qui nous relient aux Esprits de la Nature pendant des cérémonies chamaniques où se mêlent conscient et subconscient. Il existe tellement de moyens pour accompagner notre voyage spirituel.

Je pars pour une formation de « praticienne chamanique » dans les montagnes du sud-ouest de la France auprès d’une femme médecine pendant deux semaines. Je suis certaine que cette pause sera riche en émotions et en savoirs. J’ai hâte de vous en dire plus !

Avez-vous déjà rencontré le chamanisme dans votre vie ?


PROPOSITION DE BIBILOGRAPHIE :

 Les Sept plumes de l’aigle  – Henri Gougaud
Prendre soin de l’âme – La psychothérapeute qui est devenue chamane  – Myriam Beaugendre
Réveillez le chaman qui est en vous: Développez votre intuition et votre confiance en vous  – Arnaud Riou

LA CHARGE MENTALE

Penser à acheter des goûters pour la grande, prendre rendez-vous chez le pédiatre pour le petit dernier, faire des meals prep pour les premiers jours de la semaine, planifier la visite familiale à la piscine et réserver les prochaines vacances… Vous la connaissez cette to-do list à rallonge qui vous hante ? Evidemment ! C’est la fameuse “charge mentale”, celle qui paraît inévitable quand on devient maman…

Le sujet revient dans absolument chacun de mes coachings et vous vous sentez, à juste titre, complètement phagocytée par cette liste de choses à faire, à penser, à anticiper, pour vous, vos enfants, votre compagnon (ou compagne), votre boulot…Vous n’avez qu’une seule envie, c’est mettre tout cela sur “pause” mais vous ne voyez pas comment cela pourrait être différemment !

Pourtant, je vous assure, vous pouvez prendre un peu de recul sur cette charge mentale (bye bye le patriarcat !) et, en mettant quelques conseils de vie en application, la rendre plus douce et vivable.
Tout d’abord, il s’agit de visualiser cette charge. Quelles sont les tâches qui occupent votre espace mental ? Listez-les sur un papier, cela va vous aider à y voir plus clair. N’y aurait-il pas des tâches que vous pouvez automatiser ? Ou déléguer ?
Est-ce que vous faites équipe dans cette charge mentale si vous êtes deux adultes dans le foyer ? Échangez sur le sujet et déléguez à votre compagne ou compagnon. On pense parfois que d’effectuer une tâche soi-même est plus rapide que de la déléguer, l’expliquer, attendre qu’elle soit faite etc… C’est peut-être vrai, mais lâcher prise et déléguer permet d’enlever la tâche de son espace mental et de responsabiliser toute la maisonnée. Oui chez nous, Léonie et Emma participent à l’organisation générale. Essayez, ça fait un bien fou !

Pourquoi ne pas vous accorder des pauses ? Vous pouvez même matérialiser ces plages pour vous dans votre agenda si cela vous aide à être présente rien que pour vous. Yoga, méditation, EFT, sport…L’important est d’avoir du temps pour soi et évacuer le stress qui s’accumule à mesure que cette liste mentale de tâches à effectuer s’allonge.
Vous pouvez également vous aider en respirant de l’huile essentielle de petit grain bigarade, ou bien en adoptant un élixir de Fleurs de Bach !
Et vous, comment vivez-vous cette charge mentale ?

LA FATIGUE DE L’ENTREPRENEURE

Quand vous vous êtes installée à votre compte, vous vouliez plus de temps pour vous, votre famille et vos loisirs. Finalement, vous vous retrouvez à enchaîner (ou à superposer) les missions sans pouvoir sortir la tête de l’eau. Déçue par l’entreprenariat, pleine de culpabilité, fatiguée de jongler entre vos différentes casquettes et vide de créativité, vous regrettez le chemin que vous avez pris tant il vous a éloigné de ce que vous vouliez : la liberté.

La fatigue de l’entrepreneure, je connais bien cela car je l’ai expérimentée moi-même, et il s’agit également d’une problématique universelle dans mes coachings de MamaPreneure ou de la Doula Tribe.

Je rencontre des femmes qui ont peur de dire non et de râter des opportunités. Elles finissent par dire oui à tout et à n’importe quoi, surtout à n’importe quoi … ou en tous cas à des choses qui les éloignent de ce qu’elles veulent vraiment. Et au fur et à mesure, elles s’éloignent de ce qui les faisait vibrer en décidant d’entreprendre.
Et puis, au fur et à mesure, elles pensent perdre leur créativité, se sentent moins présentes, à la fois pour leur entourage mais aussi pour elles-même.
Ce cercle vicieux est dangereux : en acceptant toujours plus par peur, on finit par attirer à nous des choses qui ne nous ressemblent pas.

Posez vous un instant pour revoir vos priorités : pourquoi avez-vous voulu entreprendre ? Qu’est ce qui vous a animé à ce moment-là ? Pour certaines c’est la flexibilité, pour d’autre la créativité ou la possibilité de choisir ses clients etc…
Il est très important de garder en tête pourquoi vous faites tout cela.

Il vous faut également décider ce que vous voulez attirer à vous. Autorisez-vous à nommer clairement ce que vous voulez, ce vers quoi vous allez aller pour l’attirer tel un aimant et le laisser venir à vous. Cela semble magique … je vous propose d’essayer, « juste » pour voir. Décidez ce que vous voulez, les sujets que vous voulez explorer, les personnes qui vous font rêver, qui vous inspirent et avec lesquelles vous voulez travailler. Bref, “dream big” et vous verrez… cela vous donnera l’élan pour que tout ce que vous mettiez en place arrive et soit aligné !

Posez vos limites : c’est votre garde fou ! Qu’est-ce que vous ne voulez pas ? Travailler le soir ? Le weekend ? En vacances ? C’est votre droit, et c’est votre liberté ! Bien sûr, l’entreprenariat rime souvent avec flexibilité, néanmoins si cette flexibilité vous coûte, vous avez tout à fait le droit de définir des règles auxquelles vous ne dérogez pas.

Osez dire non ! La mission ne vous plait pas ? Elle ne va pas vous aider à atteindre vos objectifs ? Elle implique que vous ne puissiez plus aller chercher vos enfants à l’école comme vous l’aviez décidé ? Dîtes tout simplement non en vous connectant à ce qui est juste pour vous. Quand une porte se ferme, d’autres s’ouvrent !

Toutes ces problématiques que j’ai moi-même expérimentées je les aborde dans mes coachings pour vous aider à trouver vos limites, vos besoins et vous permettre de travailler dans la sérénité et en phase avec vous-même. Rejoignez-moi !

LES MERVEILLEUSES DOULAS

On entend de plus en plus parler des doulas, ces femmes qui accompagnent d’autres femmes pendant la période charnière dans leurs vies qu’est la maternité. Elles sont, à mon sens, indispensables à la future et jeune maman pour pouvoir l’entourer au mieux.
J’ai l’immense plaisir de les accompagner dans ma Doula Tribe et dans mes coachings individuels … et aujourd’hui, j’aimerais mettre un coup de projecteur sur leur métier.

Si les premières doulas telles qu’on les connait aujourd’hui sont apparues dans les années 90’s aux Etats-Unis et en Australie, le terme de doula provient du grec ancien et si l’on cherche dans l’histoire, elles ont toujours existé : c’est la femme qui venait au chevet de la maman pour l’aider dans les tâches de la maison.
Elles deviennent depuis deux ans, de plus en plus répandues en France, Pourtant c’est en 2011 que le mot fait son apparition dans le dictionnaire français.
Leur métier, complémentaire de celui de la sage-femme, des médecins, de la thérapeute et même de l’amie, est riche et puissant puisqu’avec toute leur bienveillance, elles mettent un point d’honneur au bien-être de la femme.
Elles sont présentes pendant la grossesse pour aider la future maman à accueillir son accouchement, son projet de naissance et l’organisation du retour à la maison, et elles interviennent également après la naissance pour aider la maman (et le / la partenaire !) lors du retour à la maison. Mais ce n’est pas tout, elles sont aussi là pour les projets bébé, accompagner les femmes pendant des parcours de PMA, en cas de deuil etc.
Ces femmes doulas sont souvent des femmes qui se sont reconverties après avoir fait elles-même l’expérience de la matrescence et cela rend leur approche encore plus puissante auprès d’autres femmes.

En rencontrant des doulas, je me suis rendu compte qu’elles sont nombreuses à ne pas se sentir entièrement légitimes, ont souvent le “syndrome de l’imposteur”, entendent fréquemment que “doula ce n’est pas un métier” et qu’elle n’arriveront « jamais à en vivre ».

C’est exactement ces croyances limitantes que je vais déconstruire dans mon coaching de la Doula Tribe. Entourée de leur tribu de doulamies, les doulas vont pouvoir prendre leur place dans leur métier, dans leur système de pensée et aux yeux des autres. Elles vont pouvoir aller au-delà de ce qui les empêche de grandir professionnellement et de se construire un cadre sécurisant autour de leur passion qui est également leur métier. Elles vont grandir, s’épanouir et ne plus avoir peur d’être la professionnelle et la femme qu’elles sont.
Vous souhaitez en savoir plus sur ma merveilleuse Doula Tribe ? C’est par ici !

Avec tout mon amour,
Julia

INVESTIR EN MOI

Avez-vous déjà investi en vous ? Vous êtes sans doute la reine de la générosité pour les gens que vous aimez et qui vous entourent. Vous adorez leur acheter des cadeaux, des vêtements, des fleurs… Pourtant, vous bloquez pourtant quand il s’agit d’investir financièrement dans quelque chose pour vous. Je vous propose de changer de paradigme et de redistribuer les cartes.

Je remarque souvent au cabinet que nombreuses sont les femmes qui ont du mal à investir en elles-mêmes : elles ont du mal à dépenser de l’argent pour elles-mêmes, pour leur bien-être, leur bonheur et leur épanouissement à long terme. C’est comme si l’on pensait que nous en valions pas le coup. C’est archi faux !
Pourquoi il est important d’investir en soi ? Tout simplement parce que vous en valez la peine. Vous avez de la valeur. Et cette valeur ne mérite qu’à grandir, à s’épanouir.
Nous avons tendance à nous mettre au second plan de nos vies (merci les restes du patriarcat !) alors que nous sommes les actrices de notre présent et de notre futur. Se prioriser et investir en soi, c’est aussi s’aimer et s’autoriser à se le dire. C’est se donner le droit d’aller le plus loin que l’on puisse aller. Et c’est aussi se donner les moyens de guérir, de tourner une page, de faire fit de notre passé douloureux et d’avancer.
Vous l’aurez compris, je vous encourage vivement à vous mettre au premier plan de votre vie : personne ne le fera à votre place !

Investir en soi, c’est investir sur du long terme, c’est s’autoriser à s’envoler et grandir pour se sentir épanouie, alignée et libre ! Quand vous acquérez une meilleure connaissance de vous-même ou des nouvelles compétences, vous gardez ce trésor toute la vie.
Investir en soi, c’est un acte de self-love !
Investir en soi, c’est se faire un don pour devenir une meilleure version de soi-même ! Je pense tout particulièrement aux femmes et aux mamans que j’accompagne en coaching qui ont fait ce choix d’investir en elle et de s’autoriser à changer de paradigme.

Alors, investir en soi pour le long terme, oui, mais comment ?
Vous pouvez vous offrir une formation pour laquelle vous avez l’élan depuis longtemps, un coaching pour atteindre vos objectifs et enlever tout blocage, débuter une psychothérapie pour mieux vous comprendre, vous payer une reconversion professionnelle qui a du sens pour vous … On peut investir en soi de différentes manières en gardant en tête sa vision et être alignée avec nos valeurs.

Alors, investir en vous, cela vous parle ?

Avec tout mon amour,
Julia

L’EFT POUR LES MAMANS

Connaissez-vous l’EFT, l’”Emotional Freedom Technique” qui provient de la psychologie énergétique aux Etats-Unis ? Elle est au cœur de mes coachings et constitue une formidable boite à outils pour vous libérer de blocages et de tensions. Laissez-moi vous en dire plus !

L’EFT utilise les points d’acupuncture (tranche de la main, sommet de la tête, sourcils, coin de l’oeil, menton etc.) pour travailler sur nos énergies et mettre en mouvement celles qui sont désagréables. Le protocole est assez simple et les résultats vraiment intéressants. Il s’agit d’identifier et de verbaliser ce qui nous bloque, de définir un degrès d’inconfort dans notre corps (entre 1 et 10) et de débuter des “rondes” de tapotements.

En environ cinq minutes et presque comme par magie…ça y est, on se sent mieux et on peut réévaluer notre bien-être (sur 10) ! Bonne nouvelle, on peut recommencer aussi souvent que nécessaire, dans toutes les situations, et partout !
L’EFT a réellement changé ma vie il y a 5 ans ; je l’utilise aujourd’hui comme un outil pour lever mes blocages au quotidien.

Dans mes accompagnements, j’y accorde également une très grande importance. En effet, c’est un outil nomade : une fois qu’on a compris la marche à suivre, on peut être tout à fait autonome dans sa réalisation et je trouve cela formidable pour les mamans ou les entrepreuneures que j’accompagne. Elles peuvent se l’approprier et l’utiliser à bon escient dans toutes les situations où elles en ont besoin. J’aime beaucoup le fait qu’on puisse l’utiliser facilement dans une “situation SOS” où on sent submergée par l’émotion.

Quand j’écoute les mamans que j’accompagne, j’entends qu’elles sont parfois en colère (car peu comprises), fatiguées, tristes…et elles se jugent négativement pour ressentir toutes ces émotions. C’est alors que j’active tous mes outils de coaching ! Mais pour un résultat rapide, un changement d’état d’esprit et pour les faire sortir de ces émotions inconfortables tout en respectant leurs parties d’elles-mêmes qui sont « blessées », je leur propose systématique d’utiliser l’EFT. Je remarque des résultats remarquables et immédiatement quantifiables (oui, vous vous souvenez, puisqu’on mesure notre inconfort avant et après!) !

J’ai eu l’incroyable honneur de participer au Congrès annuel de l’EFT dans lequel j’ai animé une conférence sur le sommeil. C’était l’occasion pour moi de faire lumière sur les difficultés liées au sommeil dans la parentalité. Vous pouvez retrouver mon kit sommeil avec 8 tappings d’EFT, un ebook d’une quarantaine de page, et ma conférence sur la boutique du congrés avec le pack « 123 Sommeil ») . Saviez-vous qu’en devenant parent, nous perdons 6 ans de sommeil ? Alors si vous voulez retrouvez de l’énergie, vous endormir aisément malgré une forte charge mentale, vous donner de l’énergie positive le matin ou vous aidez en cas de coup de fatigue pendant la journée ALLEZ-Y 🙂
L’occasion d’enfin dormir (vous aussi) comme un bébé !

Avec tout mon amour,
Julia

L’IMPORTANCE DE SE PRIORISER

Réussissez-vous à vous prioriser ? A vous mettre en haut de la liste au même niveau que vos enfants, votre job, votre liste de course, votre cocon à ranger (liste non exhaustive) ? Si vous répondez non à ces questions, c’est sûrement le bon moment pour prendre un peu de temps et de recul sur cette situation.

Faire de vous votre priorité, voilà mon moto. En devenant mère, vous vous êtes peut-être fait passer après des tas de choses : vos enfants, votre conjoint.e, votre travail, votre charge mentale… et aujourd’hui vous ne savez plus ce que c’est de prendre un peu de temps pour vous. Souvent, en plus de toute votre charge mentale, c’est la culpabilité qui vous empêche de vous prioriser.

Je vais vous dire pourquoi il est important de replacer le curseur sur votre personne. Tout d’abord, on a vraiment besoin d’un temps hors de nos multiples rôles (celui de maman, celui de femme, celui de xx au travail) pour être juste nous même. Sans jugement, sans pression. Être alignée avec nous-mêmes, nos envies, nos valeurs, nos pensées. Et cela fait un bien fou de se reposer au centre de nos décisions !
Nous avons également besoin de savoir dire non : non aux invitations qui ne nous font pas plaisir, non à ce rendez-vous que je pourrai décaler, non à cette mission qui sera de trop… Savoir dire non en accord avec nos valeurs, c’est se donner l’information que nous sommes pleinement actrices de notre vie, et que nous ne sommes pas là pour la subir.
Prenez du temps pour vous : faire du sport, lire un livre, une sortie entre ami.e.s…tout ce qui est essentiel pour recharger nos batteries !

Comme je le dis à mes coachées ou autour des cercles de jeunes mamans que j’organise, c’est uniquement quand notre réservoir (d’amour, de patience, de générosité…) est rempli que nous sommes alors prêtes à donner.

Ca vous parle ?
Qu’est ce que vous pourriez faire dès aujourd’hui pour vous prioriser ?

Avec tout mon amour,
Julia